ABC du recyclage

Vous vous informez sur la thématique du recyclage et butez régulièrement sur des termes que vous ne comprenez pas ou dont vous n’êtes pas certain(e) de comprendre la signification? Dans notre glossaire du recyclage, nous vous expliquons les notions essentielles ainsi que certains anglicismes en usage dans le secteur. Vous n’avez pas trouvé réponse à l’une de vos questions? Contactez-nous! Nous allons compléter régulièrement notre glossaire.

B C D E M O P R S T U V

Bioplastiques

Plastiques à base de matières premières renouvelables et/ou biodégradables (peuvent aussi être synthétiques).

Closed-loop / circuit fermé

Suite au processus de recyclage, les matières premières secondaires sont réutilisées pour le même produit. Un exemple: une bouteille à boissons en PET, dont le matériau recyclé est utilisé pour produire une nouvelle bouteille à boissons en PET. La qualité des matériaux recyclés doit répondre aux mêmes exigences de qualité que le produit original. Il faut distinguer les circuits fermés des circuits ouverts

Collecte porte-à-porte et par apport volontaire

Une collecte porte-à-porte se distingue d'une collecte par apport volontaire dans la mesure où la commune ou une organisation vient chercher les matières valorisables ou les déchets au domicile de la population ou sur le bord de la route (comme c'est par exemple le cas de la collecte du papier et du carton dans bon nombre de communes). Dans le cas d’une collecte par apport volontaire, les habitants amènent eux-mêmes les matières valorisables au centre de collecte (p. ex. collecte du verre).

Collecte sélective séparée
(en opposition à la collecte sélective mixte)

Les fractions peuvent être collectées séparément (individuellement) ou ensemble. L’aluminium et la tôle d’acier peuvent sans autre être collectées ensemble, par exemple.

Collecte séparée (sélective)

La collecte séparée sélective signifie que les seules fractions collectées séparément sont celles qui peuvent être matériellement valorisées et pour lesquelles il existe l’assurance durable d’une demande de matériau recyclé. Le contraire est une collecte séparée mélangée dont une part élevée de matière récoltée est incinérée après avoir été triée.

Composites (emballages composites)

Les composites sont des matériaux constitués d’au moins deux matières différentes, entièrement liées l’une à l’autre, au point qu’il est impossible de les séparer (à la main). Un exemple typique est la brique à boisson, composée de carton, de plastique (polyéthylène) et d’aluminium.

Combustible de substitution ou combustible dérivé des déchets (CDD)

aussi combustible secondaire
Extraits de déchets, les combustibles de type CDD sont en mesure de remplacer, du moins en partie, les autres combustibles dans certaines installations. Il s’agit, ici, d’une valorisation thermique des déchets. Les CDD sont généralement à base de plastique, mais aussi d’huile usagée ou d’autres déchets (industriels). Il peut s’agir de déchets solides, liquides ou gazeux.
Les CDD sont surtout utilisés dans les cimenteries, les centrales au lignite, les centrales industrielles ainsi que dans les usines d’incinération des déchets.

Combustible secondaire

Compatibilité

Il s’agit de savoir dans quelle mesure les fractions collectées ensemble sont compatibles entre elles. La collecte mixte a des effets sur la qualité (p. ex. part des matières tierces dans la matière secondaire) et la quantité (pertes dues au tri).

Contamination croisée

Apport de substances indésirables/nocives ou de saleté par la collecte mixte.

Contribution  de recyclage anticipée (CRA)

Contribution dont s’acquitte le consommateur au moment de l’achat d’un produit, permettant par la suite de financer sa collecte séparée et son recyclage adéquat. La CRA est réglée sur une base privée et porte sur les emballages à boissons en PET ainsi que sur les emballages en aluminium et en tôle d’acier.

Convenience

Terme anglais évoquant ce qui est commode, confortable.
En matière de recyclage, la notion de «convenience» signifie que le recyclage et la collecte sélective doivent se dérouler le plus simplement possible. Concrètement, la collecte peut par exemple s’effectuer selon le principe du «single stream» ou du porte-à-porte.

Corps creux

Contenants tels que bouteilles en plastique, boîtes en aluminium ou en tôle, briques pour boissons, etc.

Criticité

Il est particulièrement important de fermer le circuit de certaines matières premières. C’est ce que l’on appelle des matières premières critiques. D’une part, leur disponibilité est réduite, d’où un risque en matière d’approvisionnement. Dans ce cas, les facteurs géopolitiques, sociaux ou écologiques jouent aussi un rôle. D’autre part, ces matières premières ont une importance stratégique ou une pertinence économique élevée, autrement dit elles sont nécessaires pour mettre en œuvre la technologie et il est difficile de les remplacer. La criticité est une grandeur servant à mesurer ces deux dimensions. Plus elle est élevée, plus le risque en matière d’approvisionnement est grand et plus la pertinence économique l’est également. Il s’agit par exemple de métaux rares comme l’indium, le platine ou le tantale, qui sont utilisés et indispensables dans de nombreux appareils électroniques et produits cleantech.

Déchet

Aux termes de la législation suisse, un produit devient un déchet dès que son détenteur s’en défait ou que son élimination est commandée par l’intérêt public (art. 7 al. 6 LPE).

Déchets urbains

Les déchets urbains sont les déchets issus des ménages ainsi que ceux des entreprises occupant moins de 250 personnes à plein temps, dont la composition et les quantités sont comparables aux déchets des ménages.

Design for Recycling (DfR) ou design favorable au recyclage

Avec le principe du Design for Recycling, les fabricants conçoivent leurs produits de manière à permettre leur recyclage par la suite. Pour cela, les produits doivent pouvoir être recyclés simplement, économiquement et si possible avec les technologies existantes. Pureté de la fraction, mais aussi possibilités de démontage et de réparation sont des propriétés caractérisant un bon DfR.

Down-Cycling*

Ce processus permet de tirer un produit d’un autre, dont les caractéristiques sont moins bonnes que celles du premier. La dépréciation peut porter sur la qualité matérielle ou technique ou sur la valeur monétaire du produit. (Up-Cycling)

*En raison des divers points de vue possibles, Swiss Recycling déconseille d’utiliser les notions d’upcycling et de downcycling. Si ces termes sont tout de même employés, il est nécessaire de préciser à quoi fait référence l’upcycling ou le downcycling.

Economie circulaire

Dans une économie circulaire, les ressources sont gérées dans des circuits aussi fermés que possible. L’utilisation des ressources est réalisée à l’aide de matériaux circulaires, dont le processus de revalorisation génère le moins de déchets possible.

Energie grise

Il s’agit de la quantité d’énergie nécessaire à la production, au transport, à l’entreposage et à la vente d’un produit. L’énergie grise est détruite par l’incinération.

Matières permanentes

Il s’agit de matières pouvant sans cesse être utilisées et recyclées, sans perdre leurs propriétés. Exemple: l’aluminium.

Matières premières secondaires

Les matières premières récupérées grâce au recyclage des déchets. Elles se distinguent des matières premières primaires issues de la nature.

Métaux rares

Métaux rares d’un point de vue géochimique. En font partie les terres rares, mais aussi d’autres métaux comme le gallium, l’indium, le niobium, le tantale, etc.

Open-loop / circuit ouvert

Les matières secondaires sont utilisées pour la fabrication d’un produit différent du produit original. Le PET recyclé notamment, provenant des bouteilles à boissons en PET, est réutilisé pour produire des emballages en PET pour les biscuits, par exemple. Dans la plupart des cas, il s’agit de produits dont les exigences en termes de qualité de matériau sont inférieures à celles des produits originaux. Il faut distinguer les circuits ouverts des circuits fermés.

Principe de causalité /  principe du pollueur-payeur

Selon ce principe, les coûts occasionnés sont imputés à celui qui en est à l’origine. Concernant l’élimination des déchets urbains, cela signifie que les coûts imputés dépendent du volume ou du poids des déchets (taxe au sac ou frais lors de l’élimination dans une UIOM).
Le financement de l’élimination des déchets urbains selon le principe de cau-salité crée des incitations à éviter et à valoriser les ordures.

Principe de subsidiarité

Selon ce principe, les instances ou unités supérieures ne peuvent intervenir que lorsque les instances inférieures ne sont pas en mesure de le faire. Une tâche doit donc être assumée par la plus petite unité responsable. Exemple: le Design for Recycling ne doit pas être imposé par l’Etat, mais mieux initié et réalisé par les fabricants de produits. Ou alors, une solution pour l’ensemble du secteur doit être trouvée.

Récupération

Utilisation dans d’autres produits ou une autre fonction. Dans ce cas, le bocal à confiture est utilisé comme vase.

Recyclage

Le recyclage est synonyme de réutilisation ou de valorisation de la matière. Il fait référence à la réintégration des déchets dans le circuit des matières. Les produits qui en résultent, appelés matières premières secondaires, sont dotés de qualités similaires à celles des matières d’origine. Le recyclage maintient l'énergie grise dans les matériaux. Ainsi, l’énergie utilisée pour obtenir la matière première à l’origine peut être réutilisée, p. ex. l’énergie nécessaire à extraire l’aluminium du bauxite ou à transformer le pétrole en plastique.

Recyclage "Feedstock"

La notion de recyclage «feedstock» porte sur les procédés travaillant aussi avec des températures et des pressions élevées (souvent aussi dans des atmosphères sans oxygène et éventuellement à l’aide de catalyseurs). Les produits ainsi obtenus sont des matières pétrochimiques de base comme des huiles ou des gaz. Ces procédés de recyclage sont, pour l’essentiel, utilisés pour les fractions de plastiques mélangés. Les procédés chimiques et «feedstock» entrent tous dans la catégorie des processus de valorisation des matières premières.

Recyclage chimique – Hydrogénation

De manière générale, l’hydrogénation est une réaction chimique consistant en l’addition d’une molécule d’hydrogène (H2). Sous l’effet de pressions (jusqu’à 300 bars) et de températures (jusqu’à 500ºC) élevées, il est en principe possible que les composés organiques (aussi polymères à longues chaînes d’hydrocarbures) permettent d’obtenir des produits présentant des chaînes plus courtes. Dans le cas des polymères (plastiques), leur taille peut même aller jusqu’à celle d’une molécule de monomère. Ce procédé est aussi appelé scission hydrogénante. Les procédés de recyclage chimiques ne sont pas encore très répandus. Au vu des développements en cours, leur utilisation pourrait toutefois s’étendre, aussi en Europe. Les procédés de recyclage chimiques conviennent à la fois aux fractions de plastiques collectées séparément (fractions pures) et aux fractions de plastique mélangées.

Responsabilité élargie du producteur (REP, EPR en anglais)

La REP repose sur le principe du pollueur-payeur, en internalisant les coûts externes. Le but de cette approche est de prolonger la res-ponsabilité d’un producteur au-delà de l’utilisation proprement dite d’un produit. La responsabilité des producteurs est engagée aussi bien en amont pour la production qu’en aval pour la valorisation. L’objectif principal est d’aboutir à des optimisations, par exemple dans le design du produit, en élevant le degré de responsabilité individuelle.

Recyclage mécanique

Avec les procédés de recyclage mécaniques, les fractions pures sont transformées en matières secondaires au cours de diverses étapes de processus. Dans le cas des déchets de matières plastiques collectés séparément, par exemple, cela signifie qu’ils sont lavés, déchiquetés et transformés en granulé. Ce dernier peut alors servir à fabriquer de nouveaux produits.
Lorsqu’une fraction mixte est valorisée au moyen d’une technique de recyclage mécanique, on peut en principe parler de downcycling.

Réutilisation

Nouvelle utilisation, que ce soit dans un même produit ou une même fonction. C’est par exemple le cas lorsqu’un bocal à confiture vide est à nouveau rempli de confiture.

Sac mixte

Il s’agit d’un sac destiné à la collecte commune de différentes fractions. Ce terme s’applique en particulier aux sacs destinés à la collecte du plastique, où l’on trouve des produits en plastique de types variés, séparés lors d’une étape de traitement ultérieure.

Single Stream

Collecte mélangée de différentes matières valorisables. Une tendance essentiellement présente aux Etats-Unis.

Taux
(taux de collecte ou de recyclage)

Taux de collecte: part de la matière collectée séparément d’une fraction ou des déchets urbains. Les objets jetés par erreur dans la fraction (matières étrangères) sont aussi pris en compte dans le calcul du taux de collecte. Le taux de collecte est généralement plus élevé que le taux de recyclage.

Taux de recyclage: part des matières premières acheminée dans l’installation de recyclage après le tri et l’élimination des matières étrangères. Peut faire référence à une seule fraction ou à l’ensemble des déchets urbains.

Taxe anticipée de recyclage (TAR)

Taxe dont s’acquitte le consommateur au moment de l’achat d’un produit, permettant par la suite de financer sa collecte séparée et son recyclage adéquat. La TAR est réglée sur une base privée et porte sur les appareils électriques et électroniques, ainsi que sur les lampes et les ampoules.

Taxe d’élimination anticipée (TEA)

Taxe dont s’acquitte le consommateur au moment de l’achat d’un produit, permettant par la suite de financer sa collecte séparée et son élimination adéquate. La TEA est une mesure imposée par l’Etat et porte sur le verre et les piles.

Terres rares

Font partie des métaux du groupe des terres rares les éléments chimiques de la troisième colonne du tableau périodique (à l’exception de l’actinium) et les lanthanides, soit 17 éléments en tout. Les terres rares sont considérées comme des matières premières critiques (criticité) et sont aujourd’hui surtout utilisées dans les produits high-tech comme les téléphones portables, écrans plats, ordinateurs portables, voitures hybrides, turbines éoliennes ou systèmes d’armement modernes.

Traitement des scories

Exploitation des matières premières secondaires. Il s’agit principalement des métaux se trouvant dans les scories des usines d’incinération des ordures ménagères.

Traitement thermique

Le traitement des déchets à des températures suffisamment élevées pour détruire les substances dangereuses pour l'environnement ou les lier physiquement ou chimiquement par minéralisation (cf. art. 3, al. l. OLED).

Transformation

Suppression de la forme du produit, récupération des matériaux pour d’autres produits. Dans ce cas, le bocal à confiture est recyclé, ce qui permet de produire du matériel d’isolation.

Up-Cycling*

Ce processus permet de tirer un produit d’un autre, dont les caractéristiques sont meilleures que celles du premier. L’amélioration peut porter sur la qualité matérielle ou technique ou sur la valeur monétaire du produit. (Down-Cycling)

*En raison des divers points de vue possibles, Swiss Recycling déconseille d’utiliser les notions d’upcycling et de downcycling. Si ces termes sont tout de même employés, il est nécessaire de préciser à quoi fait référence l’upcycling ou le downcycling.

Valorisation

Suppression de la forme du produit, récupération des matériaux pour le même produit. Ici, le bocal à confiture est recyclé, ce qui permet d’en produire un nouveau.

Valorisation thermique

La chaleur occasionnée par l’incinération des déchets dans les usines d’incinération des ordures ménagères en Suisse est soit utilisée directement (pour le chauffage) ou transformée en énergie, pour produire de l’électricité. Cette production d’énergie est appelée «traitement thermique».

Valorisation  de la matière